Saisons 2020-2016

Ravoir et Sologne

Historique et faits marquants 2020-2016

2020, une année si particulière…

2020 Ravoir

Un des premiers balbuzards de retour de migration a été aperçu sur l’étang du Ravoir le 25 février, observation, comme souvent, assez furtive d’un oiseau étranger au secteur.

La femelle Panchita est rentrée de migration le 27 février. Elle avait été vue pour la dernière fois sur son site d’hivernage espagnol, dans l’estuaire du fleuve Eo, le 19 février. Le mâle 6∙A était arrivé le 12 mars. Le couple se connaissant bien, la période des pariades a donc été relativement courte et c’est le 28 mars que Panchita a pondu son premier œuf.

La première éclosion a eu lieu le 5 mai. Au départ, la nichée comportait trois jeunes mais le dernier‑né a rapidement disparu, peut-être victime de l’agressivité de ses ainés. Les deux jeunes restants, probablement deux mâles, ont été bagués le 17 juin : HB∙ et HC∙. Malheureusement, le jeune HB∙ a été déporté par le vent le 27 juin alors qu’il faisait ses exercices de vol et n’a pu être retrouvé. Son frère HC∙ a pris son premier envol le 28 juin.

Le départ en migration de Panchita fut encore plus précoce que l’année précédente : elle était déjà de retour en Asturies le 31 juillet (contre le 11 août en 2019). Le jeune HC∙ a été observé pour la dernière fois le 26 août. Le mâle 6∙A, enfin, est resté pour veiller sur son nid au moins jusqu’au 2 septembre, date où il a été observé pour la dernière fois.

2020 Sologne

Sur le pylône suivi par la caméra 1, c’est le 3 mars qu’est arrivée la femelle 33∙, rejointe par le mâle 79, le 15 mars. Le couple s’étant déjà reproduit ensemble, la période des pariades a été relativement courte et la couvaison a démarré le 1er avril ; le premier jeune est né le 8 mai, rapidement suivi par le second. Ils n’ont malheureusement pas pu être bagués faute de disponibilités du bagueur. Les deux jeunes ont pris leur envol avec succès le 28 juin et le 6 juillet.

 

2019 – Ravoir

C’est le 21 février que le premier balbuzard a été observé sur l’étang du Ravoir. Comme souvent, il s’agissait d’un visiteur de passage. La femelle de 2018, Zora, ne sera jamais revue et c’est Panchita qui se reproduira finalement avec le mâle « 6∙A », arrivé sur le site le 9 mars. Panchita a commencé à couver le 5 avril. Le printemps 2019 a été très venteux et pluvieux mais la femelle ne s’est pas découragée et un premier poussin est né le 11 mai. Panchita et 6.A élèveront deux jeunes, qui seront bagués le 24 juin (le mâle FX et la, probable, femelle FW). Le jeune mâle prendra son vol le 5 juillet, imité une semaine plus tard, le 13 juillet par FW.

Le jeune FX disparaitra, pour une raison inconnue, quelques jours après son premier envol. Accident ? Maladie ? Prédation ? Il sera vu pour la dernière fois le 10 juillet.

Panchita est retournée assez tôt dans l’estuaire du fleuve Eo (Galice, Espagne), où elle hiverne chaque année. Elle y sera observée dès le 11 août par les naturalistes espagnols. Le jeune FW ne sera plus observé sur l’étang à partir du 13 août. Quant au mâle 6∙A, il restera encore en sentinelle sur l’étang du Ravoir jusqu’à la fin de ce mois.

2019 – Sologne Caméra 1

C’est tout début mars que des balbuzards ont commencé à faire des apparitions épisodiques sur le nid filmé par la caméra 1 mais il a fallu attendre le 18 pour qu’un couple s’y installe durablement, composé du mâle 79, qui se reproduit sur ce nid depuis plusieurs années, et de la femelle 33.

Le premier œuf a été pondu le 1er avril et les premières becquées ont été observées le 11 mai. Le poussin n’était heureusement pas atteint du Feather Pinching Syndrome, cette maladie qui avait causé la mort des deux jeunes en 2018 (http://www.objectifbalbuzard.com/saison-2018/) et il a pris son envol sans problème le 5 juillet malgré les épisodes de fortes pluies et de vents violents qui ont sévi pendant le mois de juin. Il n’a pu être bagué mais sa taille imposante et son plastron bien marqué laisse penser à une femelle.

2019 – Sologne Caméra 2

Comme les deux années précédentes, le nid de la caméra 2 est demeuré vide en 2019. Un couple s’y était installé en 2016 mais leur reproduction avait échoué suite au déluge qui s’était abattu sur la région à la fin du mois de mai. Le couple avait passé le reste de la saison de reproduction à construire des « nids de frustration » aux alentours, comportement souvent observé chez le balbuzard en cas d’échec de la reproduction. L’année suivante, ce couple s’était installé sur un des nids de frustration… tout en continuant à défendre son nid initial, empêchant ainsi tout autre couple de venir s’y reproduire.

Inauguration officielle du projet Objectif Balbuz@rd

L’étang du Ravoir était en fête le 25 mai pour l’inauguration officielle des réalisations issues du projet (nouvelle signalétique, panneau pédagogique, flyer, caméra…), qui a réuni tous les partenaires du projet (ONF, LNE, RTE, MOBE) autour de Michelle Rivet, vice-Présidente de la Région Centre Val-de-Loire. Toute la journée en photos, c’est ici. Le projet a été soutenu financièrement par la Région Centre-Val de Loire et l’Agence de l’Eau Loire Bretagne, grâce à la mobilisation de fonds européens (FEADER) sur une mesure biodiversité.

 

 

2018 – Ravoir

Le site du Ravoir est toujours très convoité et c’est sans surprise que Panchita y a été observée dès le début du mois de mars, accompagnée du mâle non bagué habituel… et de « 02 ». Ce qui a donné lieu à de nombreux chassés croisés et escarmouches entre les deux femelles jusqu’à ce qu’elles aillent rejoindre définitivement leur nid et leur partenaire de l’année précédente.

Le 1er avril, le mâle « 8Z » n’était toujours pas revenu et l’espoir s’amenuisait de le revoir un jour. Il allait avoir 16 ans et il est probablement mort sur son lieu d’hivernage ou en migration. Un nouvel individu, bagué « 6∙A » et né en forêt d’Orléans en 2012, s’approprie le nid, rejoint le lendemain par Zora.

Le couple élèvera deux jeunes… qui prendront leur envol avec succès les 20 et 28 juillet. Lors du baguage, ils ont été identifiés comme mâles.

 

 

2018 – Sologne

Les Balbuzards pêcheurs filmés par la caméra 1 sont rentrés de migration les 9 et 26 mars. Après une période de parades et d’accouplements, la femelle a commencé à couver le 13 avril et deux jeunes sont nés les 23 et 25 mai.

Lors du baguage, l’examen des jeunes Balbuzards a révélé qu’ils étaient tous les deux atteints du Feather Pinching Syndrome, une anomalie rare qui se caractérise par une malformation du plumage – mauvaise croissance des plumes qui restent au stade embryonnaire – et qui serait congénitale. Les oiseaux atteints par cette malformation sont incapables de voler. En 2012, cette maladie avait été identifiée sur l’un des deux jeunes du même couple reproducteur.

Outre la malformation de leur plumage, les jeunes ont montré un comportement aberrant : habituellement, les jeunes oiseaux élevés sur des falaises ou sur des arbres hauts craignent le vide et s’éloignent peu du centre du nid ; grâce à la caméra, on a pu observer au contraire que, au moment des fortes chaleurs du mois de juillet, l’un des jeunes balbuzards s’est éloigné progressivement de l’ombre protectrice de sa mère, s’est approché dangereusement du bord du nid et a fini par basculer dans le vide. Il est tombé le 1er juillet.

Le second jeune a également chuté du nid, le 27 juillet. Grâce aux images en direct,
il a pu être immédiatement récupéré vivant et transféré rapidement dans un centre de soins ; il est malheureusement mort quelques jours plus tard. D’après le centre,
ce jeune Balbuzard présentait un début d’atrophie musculaire et était très maigre et déshydraté.

La cause du Feather Pinching Syndrome reste encore inconnue à ce jour. Dans le cas présent, les images de la caméra ont permis d’étudier précisément le comportement des jeunes Balbuzards malades et de mieux comprendre ce cas rare de mortalité juvénile.

Retrouvez les moments phares de la saison 2018 :

 
 

 

2017 – Ravoir

L’année 2017 sera marquée par un comportement totalement inhabituel chez les balbuzards : la séparation d’un couple reformé, après dix ans de reproduction.

Comme chaque année depuis 2014, c’est Panchita qui s’installe la première sur le Ravoir, rapidement rejointe par le mâle non bagué. Le 1er mars, la femelle « 02 » rentre de migration et chasse Panchita, qui ira élever deux jeunes sur son nid habituel. Au retour du mâle « 8Z », le couple « 02-8Z » se reforme pour la dixième année consécutive mais le comportement inhabituel de la femelle intrigue rapidement les observateurs : absences fréquentes, peu d’entrain pour les accouplements… Les naturalistes ont enfin la clé de l’énigme lorsque, début avril, « 02 » finit par rejoindre définitivement le mâle d’un nid voisin dont la partenaire n’était pas revenue. Parmi les hypothèses pouvant expliquer l’abandon exceptionnel par « 02 » de son nid et de son partenaire habituels, on peut penser à un comportement provoqué par les quatre échecs successifs qu’elle a connus avec lui auparavant…

Dans toute population les adultes surnuméraires sont nombreux et une congénère non appariée a aussitôt remplacé « 02 » auprès du mâle « 8Z ». Non baguée, elle a reçu le nom de Zora et a commencé à couver le 23 avril. La première becquée est observée le 31 mai et deux semaines plus tard, deux petites têtes sont observées par intermittence. Le 25 juin, lors de l’accueil des visiteurs à l’observatoire, les naturalistes constatent avec surprise que ni le mâle ni la femelle ne stationne sur le nid et aucun des oiseaux ne semble lui prêter attention. Il apparaît rapidement évident que les jeunes ont disparu. Aucun cadavre n’a toutefois été trouvé au pied du nid et aucune trace de passage d’un prédateur n’a été décelée. Les manchons anti-martres étaient bien en place. Le grimpeur missionné le lendemain a confirmé que le nid était vide…. Parmi les hypothèses pouvant expliquer la disparition subite des jeunes, c’est celle d’une prédation par un Autour des Palombes qui prédomine. Comme à son habitude, le mâle « 8Z » a défendu son site de nidification jusqu’à la mi-septembre, bien après le départ de Zora repartie un mois plus tôt vers le Sud.

2017 – Sologne

Les deux Balbuzards, fidèles à leur nid, sont rentrés mi-mars pour commencer une nouvelle saison de reproduction sur le pylône électrique filmé par la caméra 1.
Début avril, la femelle a pondu trois œufs, tandis que le mâle continuait l’apport de branches au nid.

Un peu plus d’un mois plus tard, un premier petit Balbuzard est né et a reçu sa première becquée. Deux jours après la naissance de ce premier poussin, un deuxième œuf a éclos. Puis trois jours plus tard, un troisième jeune a fait son apparition. En général, les nichées de Balbuzards sont composées d’un à quatre poussins maximum. La femelle a couvé ses trois petits pendant que le mâle apportait du poisson pour nourrir toute la famille.

Le plus jeune poussin est malheureusement décédé durant la nuit du 10 au 11 juin, la cause exacte de ce décès n’est pas connue, mais le petit Balbuzard montrait des signes de faiblesse. Grâce aux caméras, on a pu observer en direct la femelle emportant le cadavre de son poussin loin du nid. Cette mortalité juvénile au nid n’est pas exceptionnelle chez les Balbuzards ; les deux autres jeunes se portaient bien.

Le baguage s’est déroulé le 21 juin. Les deux jeunes, deux jolies femelles, ont été identifiées par les bagues BK· et BL·. Elles sont ainsi répertoriées dans une base de données et pourront être suivies tout au long de leur vie.

Début juillet, la première s’est élancée et a pris son envol, suivie rapidement par sa sœur. Les deux Balbuzards ont alors enchainé des vols de plus en plus longs jusqu’à leur départ définitif.

Retrouvez les moments phares de la saison 2017 :

 
 

 

2016 – Ravoir

Comme les années précédentes, l’étang est occupé dès le 23 février par Panchita et un mâle non bagué, connu d’un autre nid. Au retour de sa partenaire, ce mâle la rejoint sur leur aire commune mais se met… à mener une « double vie » en continuant à faire des visites galantes à Panchita sur le nid du Ravoir. Le 7 mars, le retour de « 02 » sonne le départ de Panchita, qui ira élever un seul jeune avec son partenaire de 2015. Le départ de Panchita n’empêche pas le « Casanova » non bagué de continuer à venir ponctuellement sur le nid du Ravoir tenter de s’accoupler avec « 02 ». Ce n’est qu’au retour du mâle habituel du site, « 8Z », qu’il s’éloigne définitivement pour aller élever trois jeunes sur une autre aire.

Après un temps d’incubation particulièrement long (44 jours), la première becquée est observée le 19 mai. Mais l’unique jeune ne survivra pas à l’épisode pluvieux exceptionnel qui a marqué le Loiret : les cumuls des 28, 29, 30 et 31 mai ont atteint 126.8 mm à Orléans, soit l’équivalent de trois mois de précipitations. De nombreux autres couples de balbuzard ont d’ailleurs perdu leurs jeunes à ce moment-là.

Tableau récapitulatif de la reproduction 2016-2018

2016 – Sologne

En février 2016, RTE a installé deux caméras sur des pylônes électriques haute tension afin de suivre, en continu et en direct, le cycle de reproduction des deux couples de Balbuzards pêcheurs installés sur ces pylônes depuis plusieurs années. La première année d’installation, seule la caméra 2 a fonctionné et a pu filmer le quotidien des Balbuzards.

A partir de fin février, des Balbuzards inconnus ont fréquenté le nid. Puis, un mâle et une femelle bagués s’en sont emparés et ont commencé leur phase d’accouplement. A la mi-mars, la femelle qui avait occupé le nid l’année précédente est arrivée et a évincé la première femelle. Une nouvelle phase d’accouplement a alors débuté ; elle a abouti à la ponte d’un œuf. C’est à ce moment que le mâle « habituel » de la femelle a fait son retour sur le nid. Les deux mâles ont débuté une compétition qui a été remportée par le mâle historiquement possesseur du nid. Les Balbuzards pêcheurs sont très fidèles à leur nid, ils arrivent en général à en reprendre possession d’une année sur l’autre, non sans agressivité.

Tandis que le mâle tentait de s’accoupler, la femelle a été laissée sans soutien pour la couvaison. Laissés sans attention pendant les absences de la femelle qui partait se nourrir, les deux premiers œufs ont été perdus dans le nid, écrasés ou éjectés par le mâle.

Le 9 avril, la femelle a pondu un troisième œuf, qui a eu pour effet d’apaiser le mâle. Deux semaines plus tard, celui-ci s’est alors mis à coopérer avec la femelle pour assurer la couvaison. Un poussin est né malgré cette période de couvaison difficile : le 20 mai, la caméra a montré la femelle donnant la becquée à un poussin qui venait de naître. Le jour d’après, de fortes pluies se sont abattues sur toute la région du Centre-Val de Loire et le nouveau-né n’y a pas survécu.

Une reproduction mouvementée pour les Balbuzards pêcheurs qui s’est hélas, soldée par un échec.

 

 

 

 

expand_less